genealogie en valais - genealogie en suisse
  Home  |  Login  |  Créer un compte Utilisateur | 7 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.






 

Extrait de Maitre Zacharius de Jules Verne (2)

- Pourquoi, répondit tristement le vieil horloger, pourquoi retourner à ces lieux que ma vie a déjà quittés et où une partie de moi-même est enterrée à jamais
- Votre âme n’est pas morte ! dit l’ermite d’une voix grave.
- Mon âme, Oh! Non, ses rouages sont bons. Je la sens battre à temps égaux...
- Votre âme est immatérielle ! Votre âme est immortelle! reprit l’ermite avec force.
- Oui.., comme ma gloire!. Mais elle est enfermée au château d’Andernatt, et je veux la revoir!
L’ermite se signa. Scholastique était presque inanimée. Aubert soutenait Gérande dans ses bras.
«Le château d’Andernatt est habité par un damné, dit l’ermite, un damné qui ne salue pas la croix de mon ermitage
- Mon père, n’y va pas!
- Je veux mon âme ! mon âme est à moi...
- Retenez-le ! retenez mon père ! » s’écria Gérande,
Mais le vieillard avait franchi le seuil et s’était élancé à travers la nuit en criant:
«A moi ! à moi, mon âme!
Gérande, Aubert et Scholastique se précipitèrent sur ses pas. Ils marchèrent par d’impraticables sentiers, sur lesquels maître Zacharius allait comme l’ouragan, poussé par une force irrésistible. La neige tourbillonnait autour d’eux et mêlait ses flocons blancs à l’écume des torrents débordés.
En passant devant la chapelle élevée en mémoire du massacre de la légion thébaine, Gérande, Aubert et Scholastique se signèrent précipitamment. Maître Zacharius ne se découvrit pas.
Enfin le village d’Evionnaz apparut au milieu de cette région inculte. Le coeur le plus endurci se fit ému à voir cette bourgade perdue au milieu de ces horribles solitudes. Le vieillard passa outre. Il se dirigea vers la gauche, et il s’enfonça au plus profond des gorges de ces Dents-du-Midi qui mordent le ciel de leurs pics aigus.
Bientôt une ruine, vieille et sombre comme les rocs de sa base, se dressa devant lui.

« C’est là là ! ... » s’écria-t-il en précipitant de nouveau sa course effrénée.
Le château d’Andernatt, à cette époque, n’était déjà plus que ruines. Une tour épaisse, usée, déchiquetée, le dominait et semblait menacer de sa chute les vieux pignons qui se dressaient à ses pieds. Ces vastes amoncellements de pierres faisaient horreur à voir. On pressentait, au milieu des encombrements, quelques sombres salles aux plafonds effondrés, et d’immondes réceptacles à vipères.

Page précédente :: Page suivante