genealogie en valais - genealogie en suisse
  Home  |  Login  |  Créer un compte Utilisateur | 1 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.






 

Patronymes de la région


Amacker - Amacker - Barman - Baud - Biollay - Bochatay - Burnier - Chapelet - Chappuis - Chevalley - Cocatrix - Coquoz
Coutaz - D'Angreville - De Bons - Debonnaire - Decaillet - Deferr - Deladoey - Delerse - Dirac - Dubois - Duroux
Gay - Gerfaux - Gex - Gollut - Jordan - Juilland - Lugon - Mettan - Micotti - Morisod - Mottet
Mottier - Mottiez - Paccolat - Pernollet - Pochon - Rappaz - Revaz - Richard - Riche - Rimet - Saillen
Sarrasin - Vesy - Veuillet - Veuthey - Vieux - Voeffray - Vuilloud

 
BOCHATAY
Famille Originaire de la vallée de salvan

Armoiries:
D’argent à 5 arbres de sinople, fûtés au naturel, décroissant du milieu aux côtés, posés sur un mont de 5 coupeaux aussi de sinople, et cantonnés en chef de 2 taus de sable.

Variation du patronyme au fil des siècles:
Botzat, Bauchat, Botzatey, Boschatey, Bochatey, Bochatay.
Notices, histoire, personnages, émigration, etc... :
Famille originaire de la vallée de Salvan. Elle tire son nom (qui serait à rapprocher des termes boët, buis, bos, bou, botz, bouis; signifiant bois dans l'ancien français) du hameau de Botzatey qui se situe au-dessus du Trétien. ce toponyme désigne lui-même un petit bois voisin.

On cite: Frédéric Bochatay, président de Salvan 1855; Jules Bochatey, président 1905-1912; Armand Bochatay, de Salvan, né à Lavey (Vaud) en 1915, ingénieur, établi à Monthey, député au Grand Conseil valaisan 1965-1973, conseiller national depuis 1967.

La Famille est bougeoise des trois communes de la vallée: Salvan, Vernayaz, Finhaut; elle a aussi essaimé au dehors: à Saillon vers 1560, à Dorénaz où elle apparaît au début du XVIIIe siècle, plus tard à Saint-Maurice où Jean-Louis Bochatay ou Bochatey est reçu bourgeaois en 1817, à Martigny.

Des branches de Salvan ont acquis la citoyenneté de Genève en 1911 (Bochatey) et 1926 (Bochatay).



Notices complémentaires:

Ajoutée par le webmaster, le 11.03.2006  

Bochatay, Armand

Armand BOCHATAY, né le 25.7.1915 à Lavey-Morcles, décédé le 7.11.1982 à Monthey, cath., de Vernayaz. Fils de Camille, et de Marie Crettaz. marlé en 1942 à Elisa Décaillet. Maturité au collège de Saint-Maurice (1935), études d'ingénieur à l'EPF de Zurich (1936-1941). En 1948, B. fonda l'entreprise de construction Bochatay & Co. à Saint-Maurice. Démocrate-chrétien. Membre du Conseil communal de Bex (législatif, 1943) et du Conseil général de Monthey (1965-1968). Député du district de Monthey au Grand Conseil valaisan (1965-1973). Conseiller national (1967-1979), président de plusieurs commissions (militaire notamment), défenseur du fédéralisme. Colonel.
Source: Dictionnaire Historique de la Suisse (DHS)

 
Ajoutée par le webmaster, le 25.03.2006  
UNE FAMILLE VALAISANNE VERS 1300
LES BOCHATEY DE SALVAN

RAYMOND LONFAT
(parue dans le bulletin n° 11 de l'AVEG - 2001)


C´est en dessous du quartier de la Combaz de Salvan, vers un botzat - forêt de jeunes bois, bouquet d´arbres, bosquet, terrain couvert de buissons, d´arbrisseaux - que s´est établi celui dont le patronyme deviendra Bochatey. Ce nom de famille a donc une origine toponymique1 . Les attestations graphiques notées vers la fin du XIIIème et début du XIVème siècle sont:
Bochatres, dou Boschate, dou Boschatez, Boschante, Boschatey, dou Boschatey, dou Bochatey, dou Boschates 2.


Si, actuellement, la documentation relevée ne permet pas de relier le premier porteur du nom à une autre famille existante de la région, il est probable que ce dernier descende ou soit apparenté à une famille habitant la Vella de Salvan, elle même issue vraisemblablement des de Salvan. Dans tous les cas de souche très ancienne, la famille Bochatey donnera naissance aux Cergneux et aux Bochatay3.
Selon la légende, les Bochatey seraient issus de la famille Wilhelme dit de Vauvrier, mentionnée depuis 1265: la documentation consultée est cependant muette à ce sujet et la chose est peu probable. La tradition rapporte aussi que cette famille, la plus ancienne à SaIvan, occupait jusque vers 1888 la première place au cimetière, soit devant l'église. L'Armorial4 ignore les attestations graphiques relevées ci-dessus et n'est pas très heureux avec la description des origines de cette famille. Selon lui, elle a une origine trétianintze - version paraissant évidente - et son berceau serait l'endroit actuellement appelé le Bochatey du Trétien. Mais l´espace géographique ayant largement évolué aux cours des siècles, toute la question est de pouvoir identifier précisément le «fameux» botzat des Bochatey. Or, les actes du XIIIème siècle concernant cette famille et ses terres se situent dans la région de la Combaz de Salvan! Ainsi, le 19 octobre 1304, un pré est mentionné ou Boschate, à l'endroit appelé Mares; ce lieu-dit se trouve à Salvan, en dessous du quartier de la Cotze et de celui de la Comba, entre le torrent de la Zentarlaz et celui venant de la source de la Revenasse, appelé le torrent de vers Ii Coquoz. Cet acte du début du XIV' siècle suffit donc à prouver l'existence d'un autre botzat ainsi qu´à contrecarrer l'affirmation de l'Armorial.

Quoi qu'il en soit, le «petit bois», dont le nom détermine désormais ses habitants, disparaît de cet endroit de la Combaz, à la suite d'un défrichement. Il s'agissait  en fait de l'une des terres les plus intéressantes de la région de la Vella et par conséquent de l'une des plus anciennes à être occupée. Preuve en sont ses fréquentes  mentions dans les actes du début du XIVème siècle, mentions concernant aussi les maisons qui s'y trouvent. Par ailleurs, ce toponyme étant antérieur à  celui qui est sis au Trétien, il est certain que c'est là que ladite famille Bochatey a vu le jour. Des actes ultérieurs montrent qu'elle acquerra et recevra par mariage de nombreuses possessions au Trétien; un Bochatey s´y installera vers la moitié du XIVème siècle, apportant son patronyme à l'endroit de sa nouvelle habitation.
Le premier représentant de la famille est connu le 20 octobre 1278: il s´agit de Pierre (1) Bochatey, alors témoin. Jean (1), son frère probable, apparaît en 1301, tandis que Jacques Bochatey, sans doute leur père, est connu en 1321; il est alors décédé. A cette même date, Martin, autre fils de Jacques est noté.
 

Première souche de la famille, Pierre (1) a épousé Guillaumette Magnoz qu´il laisse veuve avant le 4 août 1302.Il est en effet dit, dans un acte établi à Saint-Maurice, que Jacques, abbé, et le chapitre, concèdent en fief perpétuel à Guillaume d'Ollon, recteur de l´église de Salvan, pour cent sous, un service annuel de cinq sous et deux coupes de seigle en faveur de l'église de Salvan, ainsi que les autres usages, l´albergement de feu Pierre Bochatey et de sa femme. Si l'évêque de Sion oblige le recteur à quitter l´église de Salvan, celui-ci conservera sa vie durant cet albergement, à moins que son successeur ne le rachète pour quatre livres.


En ce qui concerne la seconde souche, c'est le 13 novembre 1301 que Jean (1) est cité, pour la seule fois, comme propriétaire d'une terre située es Foyez. Son  décès, de même que celui de son fils Girold, sont connus peu après. En effet, le 9 février 1303, Jacques, abbé de Saint-Maurice, et le chapitre, concèdent à Pierre  et Perret de Comba et à Jean Fres, pour quarante sous, le service et le plaid, selon la coutume de Salvan, le fief échu à l'abbaye par la mort de Girold Bochatey, fils  de feu Jean (1), cousin de Pierre, Perret et Jean. Jean (1), qui avait probablement épousé une fille de Comba, est décédé; son fils Girold est également décédé et n'a  pas de descendants directs. Ledit albergement consiste en diverses terres citées ou Chablo et es Bossonez, près des terres de Jean du Chablo, des du Truchoz et des de Comba, et seize cuillers de lait dans l'alpe de Fénestral; à part l'entrage de quarante sous, douze deniers de services sont dus chaque année à la Nativité et deux sous de plaid au changement de seigneur.

Brièvement noté le 29 avril 1321, Martin, fils de feu Jacques Bochatey, vend à Aymon Loro une pièce sise dans les prés de la Villade Salvan, à côté du champ de Jean (2) Bochatey et du pré de Jacques des Leysettes, plus un pré sis au même lieu à côté du pré de Jean (2) d'une part et le pré des enfants de Jean Délez de l'autre, pour quarante sous5. L'acte est passé à Saint-Maurice. Martin et Jean (2), un des fils de Pierre (1), ne laisseront pas de descendance 6.


Si plusieurs actes concernant les descendants de Pierre (1) sont encore notés durant le début du XIV'siècle, les Bochatey n'apparaissent plus comme acteurs dans les contrats relevés par la suite. Il faut en effet attendre 1381 pour voir NicodBoschatez, habitant le Trétien, être consort d'Ottanel et de divers alpages.
C'est uniquement par la descendance de Pierre (1) - soit son fils Guillaume et son petit-fils Jean (3), père dudit Nicod- que la famille Bochatey essaimera dans la vallée. Il est encore à relever qu'à cette époque, seule la famille de Nicod Bochatey est porteuse du nom dans la région. De ses fils, François sera bientôt un des hommes importants de la communauté au début du XV, siècle, alors que Rolet, marié à une fille Chevrer des Marécottes, verra son unique descendant, François junior, donner naissance à la famille Cergneux7.